Depuis l’arrivée du « web 2.0 », concept plus ou moins fumeux pour rassurer les investisseurs quant à une maturité du web enfin trouvée, il y avait entre autre deux aspects mis en avant : les blogs et le wiki (je simplifie volontairement). Depuis quelques années maintenant nous assistons à un lent glissement des blogs vers les réseaux sociaux. Pourquoi ? Simplicité, nombres d’applications, côté ludique… Il y a sans doute plusieurs réponses pour l’expliquer mais ce qui est certain c’est que cela change le web en profondeur.

En pièce jointe un guide en PDF sur les médias sociaux.

J’ai tendance à penser que nous créons des applications dans le web sans savoir vraiment comment elles vont être utilisées. Ce n’est qu’ensuite que les utilisateurs trouvent ou non ce qu’ils peuvent en faire et, souvent, les détournent de leurs fonctions premières.

Les réseaux sociaux maintenant n’échappent pas à la règle et sont de plus en plus investis par les professionnels. Le cas extrême en France étant Twitter, majoritairement occupé par des professionnels – mais on espère que la tendance va changer même si… Même si Twitter est devenu un outil de veille et d’échanges impressionnant pour les professionnels, il n’en reste pas moins important qu’il puisse en France s’ouvrir au plus de monde possible pour ainsi déployer au mieux ses possibilités dont on commence à percevoir l’étendue.
En effet, Twitter est un espace très ouvert, relativement aisé à comprendre et permettant la création d’espaces contributifs conviviaux (voir les nombreux murs contributifs avec Twitter et parfois aussi SMS qui se développent autour de projets culturels, de rencontres ou de collectivités). Je crois que c’est juste un premier pas et que nous continuerons à trouver des applications innovantes grâce à cette plateforme dont le concept, à bien y regarder, est simplissime.

Il ne faut cependant pas oublier les autres plateformes de réseaux sociaux. En France, Facebook tient une place très importante et offre aux communicants et aux développeurs des champs d’expérimentation assez intéressants. Pour l’instant on remarque surtout la multitude de jeux plus ou moins innovants, plus ou moins intéressants, qui pullulent sur Facebook. Il s’agit maintenant de passer un cap et d’imaginer ce type d’applications pour communiquer et, c’est un credo chez moi, pour dépasser la simple communication et offrir de manière ludique une approche décalée sur un événement offrant des contenus. C’est déjà un peu le cas avec les mini sites viraux comme les widgets qui, au départ, permettent de dispatcher une communication sur les sites, les blogs, les ordinateurs personnels mais qui proposent de plus un plus une part de contenu (sur le widget des Champs Libres à Rennes on trouve une vidéo et l’agenda détaillé autour d’une exposition).

Hier, j’intervenais à Buroscope (Rennes) sur les réseaux sociaux dans le cadre d’une formation de Concepteur de Sites Internet. L’approche professionnelle des réseaux sociaux hors des cadres balisés comme tel (voir Viadéo par exemple) semble encore difficile à entrevoir. Je vais essayer de partager ici quelques pistes développées.

Les réseaux sociaux

Pourquoi investir les réseaux sociaux ? C’est un peu la question qui m’est posé dès le départ. Quel intérêt ? Les réseaux sociaux type Viadéo sont réservés aux professionnels et Facebook, MySpace aux particuliers et aux musiciens… Mais déjà ça commence à glisser. Les musiciens, que font-ils sur MySpace si ce n’est une forme de communication, certes moins protocolaires, plus proches aussi, en tous cas différentes mais c’est un milieu professionnel qui fait son entrée dans un réseau social grand public.
Les réseaux sociaux se sont des « communautés » qui se regroupent autour de thème ou de liens (amis, famille, fans de, artistes…). Ils peuvent ainsi s’échanger des coups de cœur, des avis, rester en contact, etc.
La mise en place des groupes et des pages sur Facebook annonce une nouvelle orientation. On peut regrouper des membres autour de sujets précis (le principe des groupes) ou leur permettre de s’informer sur des entreprises, la programmation et les activités d’une structure culturelle (le principe des pages). Les comptes ne devant être utilisés que par des personnes physiques, normalement.

Après une brève énumération de réseaux sociaux (MySpace, Facebook, Viadéo, LinkedIn, Twitter, La Ruche…), j’ai présenté le glissement évoqué ci-dessus : le passage d’abord des blogs aux réseaux sociaux puis la progressive utilisation par le milieu professionnel de ces espaces riches d’échanges (de partages et de dialogues).

Avant l’explosion des réseaux sociaux, on avait les blogs et tout un appareillage qui tournait autour.
Pour la veille par exemple, il suffisait d’avoir par exemple une page sur Netvibes ou sur Igoogle, et d’y ajouter les flux rss des blogs que l’on voulait suivre pour rester informer régulièrement des nouveaux articles susceptibles de nous intéresser.
Aujourd’hui, sans pour autant supprimer les blogs, la pratique à évoluer et la veille s’opère d’une manière totalement différente. On ne va plus suivre spécifiquement des blogs mais des personnes par le biais de Twitter.

Sur Facebook et Twitter, nous regardons s’afficher une timeline chronologique pour suivre les interventions des uns et des autres. Cela donne un aspect un peu bordélique qui au départ ne semble pas pouvoir concurrencer la gestion ordonnée de tous les flux rss. Si sur Facebook il ne semble pas y avoir de solution vraiment pratique à ce sujet, Twitter propose quant à lui plusieurs solutions et les applications développées autour de Twitter beaucoup d’autres solutions encore.
Sur Twitter, on a la possibilité de faire des sélections sur des mots clés ou des hashtags (#monmotàsuivre). Cela comporte plusieurs avantages dont un non négligeable : nous ne sommes pas obligés de suivre (d’être abonné dans la version française) tous les intervenants utilisant le hashtag pour pouvoir lire leurs contributions. Si vous voulez vous informer sur le référencement par exemple, il vous suffira de suivre deux hashtags au départ : #seo et #referencement. Par le biais de ces deux hashtags vous trouverez des personnes que vous aurez envie de suivre ainsi que d’autres hashtags pouvant compléter la veille. C’est juste un exemple, à chacun ensuite d’y trouver son fonctionnement.

Les réseaux sociaux participent donc à une autre conception de la communication plus riche en contenu mais aussi très vite « consommée ». Ils prennent place avec les mini sites viraux dans une nouvelle approche du web où les flux ont plus d’importance que les sites.

Cela implique pour les professionnels du web ou de la communication d’être présent, de s’afficher publiquement sur ces réseaux. Évidemment c’est complexe, il faut réussir à bien séparer le public du privé car nombreux sont ceux qui utilisent aussi ces réseaux pour partager avec leurs amis. Être présent c’est un premier pas, qui permet déjà de constater quelques surprises. On remarque que les pages Facebook et Twitter se référence plus rapidement et comme elles affichent un lien vers le site qui affiche le contenu ça permet de générer rapidement du traffic. Il s’agit ensuite d’y être actif, pas sur tous, et les flux permettent d’animer (même si c’est discutable) des réseaux sans y aller. Il faut donc choisir stratégiquement où cela a un intérêt d’être actif. Et surtout trouver le ton adéquate. On ne va pas parler avec le même ton sur le site principal d’une structure, sur un blog, sur Facebook ou sur Twitter (qui en plus limite un message à 140 caractères). Si une structure s’adresse aux internautes sur Facebook de la même manière que sur son site principal, ça risque de ne pas prendre. Facebook est un réseau social, il faut se plier à ses règles – règles qui ne sont pas écrites, il faut donc le pratiquer pour comprendre l’état d’esprit et le fonctionnement.
D’un blog il est assez simple aujourd’hui d’alimenter par un flux rss une page Facebook et aussi d’envoyer le titre d’un article, son lien et éventuellement un hashtag vers Twitter et tout ça automatiquement. Ce n’est pas la meilleure solution, ça donne un contact assez froid pour des réseaux sociaux mais ça permet d’alimenter simplement vos réseaux sociaux et si vous y êtes actifs, un complément non négligeable. C’est un peu l’approche minimale.

Dans l’idéal, on peut imaginer le fonctionnement d’une entreprise sur le web côté public avec d’un côté un site principal avec ton officiel, un blog qui partage des informations et une actualité qui ne trouveraient pas sa place sur le site principal. ET de l’autre une page Facebook animé par des employés de l’entreprise, avec un ton plus léger et éventuellement un Twitter pour diffuser une information originale, des liens quand la rapidité et l’efficacité sont nécessaires. Le développement d’un ou plusieurs widgets peut s’avérer très utile aussi. Ce qui est important à retenir c’est que Widgets et Twitter permettent de diffuser une information par le biais des autres.

Pour conclure ponctuellement

Comme vous l’avez sans aucun doute compris, les réseaux sociaux amorce bien une lente transformation du web. Cette transformation va par contre s’accélérer dans l’année qui va suivre. Les changements opérés dans le web sont profonds, bien entendu jusqu’à l’arrivée de nouveaux outils, de nouvelles applications qui à leur tour nous feront peut-être oublier les réseaux sociaux tel qu’ils nous apparaissent en ce moment mais je pense que la perception de ce que nous pouvons faire avec internet se précise. Aux développeurs, aux acteurs du web de proposer, de déplacer encore ces outils pour ouvrir des espaces de contenus et de partages innovants.

Quelques liens:

– exemple d’entreprise sur les réseaux sociaux : Ikea sur Facebook et article sur la campagne
Quel usage professionnel pour Facebook ?

L’emploi sur Twitter

réducteur d’url rennais !

Twirus (Classement sur Twitter)
outils statistiques pour Twitter
Twitterfeed pour répercuter sur twitter vos activités sur des sites, des blogs ou d’autres réseaux
Twitts (annuaire twitter – exemple les twitters de Rennes)
– des MP3 sur Twitter avec Twiturm (voir aussi l’article de Presse Citron sur le sujet)
– nettoyeur de spam sur twitter avec twitcleaner
– gérer des listes privatives pour des envois se reporter à cet article
Top 50 Twitter Tracking and Analytics Tools

Applications :

Mixero – pour twitter avec options nombreuses sous adobe air
– le site des applications pour twitter TwtBase et Twittoo
TweetDeck (mac et pc – facebook myspace et twitter)
Tweetie (mac – twitter)
Desktop notifications (mac – Facebook)
Adium (mac – facebook, google, msn…)
suite d’applications compilant Twitter, Facebook…

Pour Firefox :

Echofon – plugin (anciennement TwitterFox)
Power Twitter – plugin
d’autres plugins twitter
Facebook Toolbar
– des plugins LinkedIn et surtout celui-là
MySpace blog editor
– à essayer Headup – Extension Firefox de recherche et réseaux sociaux

De nombreux articles en vrac :

Les réseaux sociaux s’invitent dans la messagerie
Les experts des réseaux sociaux ont la cote
Villes 2.0 : ces villes qui tweetent!
Twitter lancerait ses comptes premium au Japon début 2010
Pourquoi les entreprises intensifient leur présence sur les réseaux sociaux ?
Emploi: « La crise cache une pénurie de main-d’oeuvre dans certains domaines »
L’Aquilon et les réseaux sociaux : S’adapter aux nouvelles réalités
Facebook, Twitter : le boom des réseaux sociaux
Tribune : Les réseaux sociaux, piliers des écosystèmes d’entreprise !
– vidéo : IKEA Facebook Showroom
Comment développer une stratégie sur les médias sociaux en 7 étapes ? – voir aussi la rubrique
Skype pour des présentations et formations professionnelles
Comment le blogging a changé ces trois dernières années
Réseaux sociaux et recruteurs
– suivre sur twitter search #reseauxsociaux par exemple
Lefevbre VS Twitter : qu’en penser ?

Foursquare: a-t-on trouvé le prochain Twitter?

Sois gentil, partage !